Qui sommes-nous ?

Membres de l’association

Leonardo SFERRAZZA (Ingénieur QSE) – Président de l’association
Jessica  LAPPERT GIANNI  (Ingénieur HSE)
Riwanon  BRANCHUT (Ingénieur Marché Public)
Karine Counit (Assistante de direction)
Jérôme HUBERT (Directeur Responsable d’Exploitation)
Frédéric AMBLARD (Directeur Administratif Financier)
Bertrand LEMAIRE  (Ingénieur Informatique)
Christophe LAVAIRE  (Agent d’Accueil)

Genèse de l’association

C’est en écoutant la chanson interprétée par Christophe  Maé « C’est ma Terre » que j’ai choisi d’appeler cette association « 1% pour ma Terre ». J’y ai associé une symbolique très forte : celle du colibri qui reflète l’esprit de l’association.

Une histoire amérindienne raconte qu’un jour, un grand incendie se déclara dans la forêt… Tous les animaux, terrifiés, observaient impuissants ce désastre. Seul le petit colibri, aussi frêle que déterminé, s’active en allant chercher quelques gouttes d’eau dans son bec qu’il jette sur le feu, recommençant son manège sans relâche. Au bout d’un moment, le tatou agacé par cette activité à ses yeux inutile, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas un peu fou ? Tu crois que c’est avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ? »-

« Je le sais, répond le colibri, mais moi, au moins, je fais ma part. »

Créée en juillet 2016, l’Association internationale Club 1 % pour ma Terre contribue aux politiques publiques locales, nationales et internationales, en étant un vecteur d’information, de concertation et de participation au débat public.

L’Association internationale Club 1 % pour ma Terre  ne s’inscrit pas dans l’imaginaire ou dans la prospective pour bâtir la collectivité de demain. Les pistes d’améliorations et les actions à mener représentent un extraordinaire bassin d’emplois non délocalisables, une résilience qui rend un territoire plus efficace face au dérèglement climatique et aux difficultés économiques induites par la dépendance aux énergies importées.

Par ailleurs, elle propose des éléments de réponse concrets aux questions qui se posent dans les organismes publics, privés et associatifs. Elle montre que la lutte nécessaire contre le changement climatique ne doit pas être vue comme une contrainte, mais comme une chance de définir des objectifs partagés par les acteurs pour développer le territoire et améliorer les conditions de vie de chacun avec une vision intergénérationnelle.

Enfin, l’Association vise à être le levier de la performance durable, œuvrant à deux niveaux : l’action locale et la gestion de projets dans le cadre de la coopération territoriale, nationale et internationale, le tout par la mise en place d’un dispositif d’appui financier avec une dimension environnementale, sociale et économique.

Satisfaire les besoins de chacun aujourd’hui, partager les biens publics mondiaux pour demain, gérer les ressources, comprendre la biodiversité, travailler au développement humain, produire et consommer de façon responsable sont autant d’objectifs pour lesquels travaille l’Association.

Elle ambitionne ainsi de repenser les rapports qu’entretiennent les êtres humains entre eux et avec notre « Terre », en posant un regard critique sur un mode de développement qui porte atteinte à l’environnement et relègue la majorité de l’humanité dans la pauvreté.

 

Son slogan est : « Contribuer au développement durable “durablement” »

Elle a pour devise : « Servir aujourd’hui pour demain »

« Imaginez que vous avez la puissance de changer l’avenir ».

Les thèmes portés par l’Association à l’international

 Satisfaire les besoins de chacun aujourd’hui : alimentation, santé, logement, éducation, réduction des inégalités et de la pauvreté, démographie.

Partager les biens publics mondiaux pour demain : l’atmosphère et le climat, le cycle de l’eau, la santé, la stabilité financière et l’intégration économique, la sécurité alimentaire, la diffusion des connaissances.

Gérer les ressources : les ressources hydriques, les ressources énergétiques et minérales, les ressources animales et halieutiques, les ressources végétales, les ressources bactériennes.

Comprendre la biodiversité : appréhender les relations systémiques entre l’ensemble des espèces et des milieux, comprendre les interdépendances entre les activités, les modes de vie, les milieux naturels et les espèces, la notion de « services éco-systémiques ».

Travailler au développement humain : aménager des territoires durables, maîtriser les transports, réduire l’effet de serre pour limiter la variabilité climatique, préserver ou restaurer la qualité de l’air, de l’eau, des écosystèmes, des paysages, de l’atmosphère, prévenir et gérer les risques majeurs naturels et technologiques.

Produire et consommer de façon responsable : agriculture et développement durable, économie verte et industrie, tourisme durable, commerce équitable, traitement des déchets : réduire, réutiliser, recycler.

 L’Association est indépendante de tout parti politique et de toute confession religieuse.

L’Association s’interdit les discussions de politique partisane, de religion ou tout autre sujet du même type.