Actu « Mai-Juin » 2017

ECONOMIE  

      

Leonardo SFERRAZZA, Président fondateur 

Entre riches et pauvres, la fracture est en constante progression

Depuis les années 1980, les inégalités de revenus ont augmenté dans la plupart des pays.

La répartition mondiale des richesses est inéquitable. La richesse détenue par huit personnes est égale à celle de la moitié de la population mondiale la plus pauvre. Autrement dit, les fruits de la croissance « ne sont toujours pas équitablement partagés ».

Le résultat de cette inégalité induit une forte pression chez les producteurs et les travailleurs toutes filières confondues.

la France se trouve dans les pays intermédiaires en matière d’inégalités, comme l’Allemagne. Les inégalités ont connu des évolutions contrastées. Elles ont baissé en France au cours des années 80, puis augmenté à plusieurs reprises au cours des années 2000, notamment dans les premières années de la crise de 2008.

Les inégalités progressent aussi dans les pays où elles étaient faibles, en particulier en Suède.

Les riches

Depuis 2015, 1 % des personnes dans le monde détiennent la moitié de la richesse globale produite  soit l’équivalent de 110 milliards de dollars. Les revenus des 85 plus riches correspondent à la moitié des revenus de la population globale et 21 000 milliards de $  sont stockés dans des comptes offshore. Les plus riches de la planète possèdent autant de richesses que les 99 % restants.

Après la crise de 2009 cette population, ce même 1 % a capté 95 % des ressources disponibles.

Les pauvres

Pour le reste… on constate en 2015  que 7 personnes sur 10  vivent dans un pays ou les inégalités économiques se sont creusées au cours des 3 dernières décennies.

Après la crise de 2009, 95 % de la population est devenue encore plus pauvre.

L’évasion fiscale revêt plusieurs « formes »

 La mondialisation, la globalisation a eu comme effet pervers de débrider le capitalisme. Les risques jamais mesurés et privés de toutes prospectives en faveur d’une posture méprisante envers les peuples non « souverains » ont eu comme effet dévastateurs une évasion fiscale massive.

 Lorsque l’on parle d’évasion fiscale à l’échelle planétaire il faut comprendre :

En Afrique l’évasion fiscale des multinationales qui arrivent à éviter de payer les impôts. Ainsi, les gouvernements ne peuvent-ils pas profiter de toutes les ressources qu’ils pourraient utiliser pour éradiquer la pauvreté ou la réduire progressivement le cas échéant.

En Europe les investisseurs ont profité du sauvetage public, infligent une politique d’austérité brutale aux classes moyennes, en raison de la pression des marchés financiers.

En Inde le nombre de milliardaires a été multiplié par 10 par rapport à 2006 en raison d’un système fiscal hautement régressif et de l’absence de mobilité sociale.

Prévisions 2017

 Après une croissance mondiale presque nulle de 0,3 % en 2016, celle-ci a joué à l’avantage de la remontée progressive des prix des produits de base et de la reprise en Russie et au Brésil, sortis de la récession.

Selon la Banque mondiale la croissance économique mondiale devrait croître de 2,7% cette année 2017.

Les économies en développement et les marchés émergents exportateurs de produits de base devraient croître au rythme de 2,3 % en 2017.

Leonardo  SFERRAZZA                                                                                                                    Directeur de la publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *